Etudier en Italie

S'inscrire dans une université italienne

Il est conseillé d’entamer les démarches 9 mois avant la date de rentrée

Pour se rendre et vivre en Italie, comme pour tous les autres pays de l’Union Européenne, la carte d’identité nationale suffit.

Globalement, les frais d’entrée à l’université en Italie varient de 900 euros à 1300 euros, ce qui est relativement peu par rapport aux universités anglo-saxonnes. Ces frais ont l’avantage de ne pas varier selon le niveau de diplôme que vous souhaitez préparer.

1. Inscription aux universités sur dossier (Janvier- Février) :

Les inscriptions pour les étudiants étrangers se font directement sur dossier à envoyer à chaque université que vous souhaitez présenter. Il est conseillé de s’y prendre le plus tôt possible, de préférence au mois de janvier de l’année précédente.

Les documents nécessaires à votre inscription sont :

  • Une copie du diplôme du bac, avec le relevé de notes
  • Vos diplômes post-bac, qui sont aujourd’hui plus facilement reconnaissable grâce à la réforme LMD. Il vous demandé d’expliquer les matières étudiées afin de démontrer l’équivalence avec le diplôme que vous souhaitez préparer.
  • Une photocopie de votre pièce d’identité
  • Plusieurs lettres de motivation de la part de vos anciens professeurs et employeurs
  • 2 photos d’identité

Suite à l’examen de votre dossier, l’université vous donnera une réponse positive ou non, et vous demandera de passer un test d’Italien officiel afin de justifier votre niveau.

2. Le test de niveau de langue italien ( Février – Mai):

Les universités ont tendance à faire leur propre test d’Italien destinés aux étudiants étrangers n’étant pas en possession du CILS. Cependant, toutes les universités ne mettent pas en place ce dispositif, et cela ralenti les démarches et diminiue vos chances d’être accépté.

En effet, le test de l’université ne se fait qu’une seule fois, alors que le CILS peut être repassé, diminuant vos chances d’échec. Des explications détaillées sur le CILS seront données dans un autre article du site.

3. L’envoi des résultats ( Mai – Juillet)

Les universités envoient après avoir reçu un dossier complet les réponses aux étudiants étrangers par courrier.

Si vous aviez juste à faire valider un test de langue, vous êtes sûr d’être reçu, et il ne reste plus qu’à préparer vos affaires et lire attentivement tous les documents que l’université va vous envoyer au cours des mois précédants la rentrée.

Ils adresseront notamment l’obtention de la carte étudiante, ainsi que les différentes aides proposées sur place pour les étudiants étrangers, que se soit pour le logement, l’ouverture d’un compte bancaire, ou les différents problèmes rencontrés sur place (difficultés à s’adapter, mal du pays…)

Les universités en Italie, faire son choix :

Ce classement est fait par rapport à celui du « QS top universities ranking » qui est reconnu dans le monde entier. Avant toute chose, n’oubliez pas que les classements ne sont qu’un critère dans le choix de votre université et ne doivent pas prendre une place trop importante.

Des universités à taille plus « humaine » peuvent vous apporter autant voir plus, bien qu’elles soient moins bien classées en raison de leur taille justement.

Les universités en Italie selon leur classement :

Les universités en Italie, comme leurs collègues françaises et Allemandes, adoptent un système très différent du système universitaire anglo-saxons surtout au niveau de la recherche, ce qui explique les résultats « seulement » bons dans les classements alors que leur renommée internationale n’est plus à faire.

Ces universités sont le peloton de tête de l’Italie parmi les 60 universités publiques. Chacune de ces écoles possède son propre blason distinctif.

Trouver un logement étudiant en Italie : mode d’emploi

Rome, Milan, Florence, Bologne… De très belles universités italiennes attirent chaque année de nombreux étudiants du pays, mais également à l’international. Ces derniers cherchent donc un endroit où loger, tout comme vous !

Ce guide vous présente donc les différentes possibilités de logements en Italie, les sources pour trouver des offres, ainsi que vos droits en tant que locataire.

  1. La situation du logement étudiant en Italie :

Est-il facile de trouver un logement pendant vos études sur place ?

D’après l’université de Bologne, il peut être difficile de trouver un logement, surtout pour des périodes de moins de 12 mois. Commencez à chercher un logement bien à l’avance. Il est même conseillé de réserver un logement avant d’arriver.

Ceci-dit, certaines grandes universités proposent généralement des logements, ou bien des biais pour y accéder plus facilement. Vous pouvez aussi chercher de votre côté. Pour vous aider, ayez une idée du secteur et du budget que vous souhaitez mettre.

De plus, point important, les universités italiennes sont généralement situées dans les centres-villes et non sur des campus séparés, comme on peut le retrouver au Royaume-Uni par exemple.

Les logements sont donc principalement situés dans les villes, ce qui fait que le logement étudiant est très fragmenté et fait majoritairement partie du marché locatif privé.

Quel est le loyer moyen pour une chambre étudiante en Italie ?

L’Italie est plutôt connue pour être une destination pas particulièrement coûteuse contrairement à d’autres voisins européens. Les villes comme Rome ou Milan coûtent les plus chères, tandis que les petites le sont moins.

En moyenne, il faut compter entre 300 et 600 € par mois, en fonction de la taille et de l’emplacement par rapport au centre-ville.

Quelle est l’évolution des loyers ces dernières années en Italie ?

Malgré un niveau de vie ralenti dans tout le pays, le coût de la location continue à grimper fortement d’années en années comme en France.

D’après diplomatie.gouv, « le prix des immeubles en Italie continue à augmenter à un taux moyen de 5% par an ». Vous l’aurez bien compris, l’immobilier est en hausse, et encore plus dans les grandes villes telles que Rome, Venise, Milan et Florence.

  1. Comment trouver un logement étudiant en Italie ?

Le tableau ci-dessous n’est pas exhaustif, pensez-donc à vous rendre sur le site de votre université.

Souvent, leur section dédiée au logement possède des sites spécialisés dans la ville, ou la région, voire même des plateformes uniquement accessibles pour les étudiants inscrits, comme à la Polytechnique de Turin.

Type de recherche Où chercher Pour quel logement ?
Sites sécurisés Housing AnywhereCasita et Unicity Tous!
Sites étudiants et généraux Affitti-studenti

Student.com qui liste par ville ou université, Erasmusu

Uniplaces

Students ville

Dove Vivo

Cerco alloggio

Tous
Pour résidences Camplus

Housing target

The Student hotel (haut de gamme)

Chambre étudiante
Agences immobilières Agenzie immobiliari qui permet de chercher les agences immobilières dans le pays.

Les plus grandes agences : Immobiliare et Tecnocasa

Studio principalement
Les groupes étudiants Sur Facebook, suivant la ville, ou suivant votre université : « Rome Housing, Rooms, Apartments, Sublets »

Voire même les groupes « Français à Rome ».

Studio et colocation
Le Bon Coin Kijiji

Subito

Bakeca

Studio, colocation et chambre chez l’habitant
Le bouche-à-oreille Chez les commerçants, à la librairie, dans les magasins sur des affiches Studio, colocation et chambre chez l’habitant

 

Avec les liens ci-dessus, vous avez la possibilité de chercher et trouver votre logement avant d’arriver sur place. Sinon, si vous préférez, vous pouvez toujours aller sur place et faire les visites avant de définitivement vous positionner.

Dans tous les cas, vous aller plutôt regarder du côté des affito – location. L’appartement ou la chambre se trouvera sans doute dans un palazzo – immeuble, en ottimo stato – très bon état. Regardez si le logement se situe en rez-de-chaussée – piano terra, ou au dernier étage – attico.

La colocation :

C’est une solution qui convient à beaucoup d’étudiants qui s’installent dans un nouveau pays car elle permet de connaître du monde, et de se retrouver dans un endroit sécurisant.

Vous partagez la cuisine – cucina, le salon – abitabile et la salle de bain – bagno. Bien souvent, la chambre est meublée (arredato) ou partiellement meublée (parzialmente arredato).

Faites attention au type de contrat que vous louez, s’il concerne votre chambre uniquement ou tout l’appartement. De plus, la colocation c’est un peu « au bonheur la chance » : si vous réservez sans connaître vos colocataires, vous pouvez avoir de bonnes ou mauvaises surprises.

La chambre au sein d’une résidence universitaire ou privée :

Avoir une chambre dans une résidence, c’est vivre dans un grand immeuble ou building avec des voisins de votre âge à chaque étage !

C’est une expérience très enrichissante en arrivant dans un nouveau pays, et l’occasion de connaître des étudiants du monde entier. Par contre, cela ne convient pas à tout le monde de partager la cuisine avec 5 ou 15 personnes, au niveau propreté par exemple.

De même, il peut y avoir de la gêne sonore. Pensez-y avant de louer, bien que cela reste tout de même une solution abordable au niveau du budget.

Les écoles peuvent également posséder des ‘partenariats’ avec les résidences privées aux alentours. Rendez-vous sur le site de votre université, et cherchez dans la partie logement ce qu’elle peut offrir.

Le monolocale – studio ou un appartement :

Le monolocale, c’est votre petit chez-vous : vous vivez seul, vous gardez votre intimité, vous pouvez inviter qui vous voulez.

Ce type de logement correspond plutôt aux personnes solitaires, ou bien en dernières années d’études peut-être. A vous de voir si vous êtes capable de vivre en autonomie, à l’étranger.

La sous-location de chambre :

C’est une possibilité sur du logement à court terme. La personne qui vous laisse sa chambre est par exemple partie en stage, ou en échange, et souhaite retrouver son logement à son retour.

Assurez-vous que le propriétaire soit au courant, car le locataire qui part et vous cède sa chambre est toujours sous contrat, c’est lui qui verse le loyer… Certains propriétaires n’acceptent pas cet échange.

Vivre chez l’habitant :

Parmi les dernières options, vous avez aussi la possibilité de vivre chez quelqu’un.

Il faut souvent passer par le biais d’une association, comme à Milan. C’est un échange donnant-donnant, où vous pouvez rendre service à quelqu’un, une personne âgée par exemple, en échange d’une chambre à un prix plus attractif.

Le logement temporaire à votre arrivée :

Cette solution correspond plutôt à du court terme ; encore plus en été où les touristes affluent et les prix augmentent considérablement…

À savoir tout de même, les standards d’hôtellerie ne sont pas les mêmes qu’en France, un 3 étoiles italien correspond à un 2 étoiles français. Regardez sur :

3. Connaître ses droits en tant que locataire en Italie :

Où s’informer ?

Pour avoir le plus de détails possible sur le logement dans une ville précise, vous pouvez vous référer au site Internet de la ville en question, comme à Turin par exemple.

Pensez aussi à vous renseigner du côté de votre université. Certaines possèdent leur propre service de logement, comme à Bologne.

Vous pouvez également demander des informations, ou poser des questions auprès des sites français, comme l’Ambassade de France en Italie, ou bien les groupes Facebook regroupant les Français. Bien souvent, ces communautés sont bienveillantes et très réactives, voire proposent même des événements.

Pour vous renseigner plus en détail au niveau de la réglementation, la principale législation applicable en matière de biens immobiliers est le Codice Civile italiano.

Les principaux droits à connaître :

Il y a différents types de contrats en Italie. Vous concernant, le plus adapté est celui pour étudiant qui va d’une durée de 6 à 36 mois.

Attention, soyez extrêmement vigilant car il n’est pas rare en Italie de n’avoir aucun contrat. C’est illégal. C’est pourquoi, lorsque vous trouver un logement qui vous plait, faites bien attention de signer un contrat en bonne et due forme.

De plus, les logements sont soumis à un enregistrement auprès des autorités fiscales (l’Ufficio del registro – Bureau du registre foncier) dans les 20 jours qui suivent la conclusion du contrat.

Le paiement est payable pour moitié par le locataire, pour moitié par le propriétaire. Par contre, si votre propriétaire a choisi l’option fiscale Cedola secca, il n’y a pas de droits d’enregistrement, et vous n’avez aucune démarche à faire. Autrement dit, assurez-vous de connaître le cas de votre logement…

Concernant la caution, il est souvent demandé de verser 3 mois de loyer d’avance. Assurez-vous que cette caution soit placée sur un compte en banque afin de pouvoir la restituer correctement. A noter, les aides au logement n’existent pas (encore) en Italie.

Dernière chose, il est en général plus facile de trouver des logements meublés que vides, la loi protégeant mieux les propriétaires de meublés en Italie. Tout bénef pour vous !

Comment se défendre en cas de litige ?

En cas de difficulté avec les propriétaires, il est possible de faire appel au syndicat des locataires Sunia (Sindacato Unitario Nazionale Inquilini e Assegnatari).

Cela nécessite une cotisation annuelle, mais l’organisme peut vous aider dans vos démarches. Avant cela, le mieux est d’essayer de trouver une solution avec votre propriétaire, en expliquant la situation.

Autrement, approchez-vous de la mairie de votre ville. Ces dernières peuvent ainsi servir d’intermédiaire suite à l’enregistrement des logements à l’uficio de registro.

error

Vous aimez ce blog ? Merci de passer le mot 😉

Follow by Email
WhatsApp